Les craquelins de la baie - Fabrication artisanale de craquelins bretons

Historique de la fabrique de craquelins – Bretagne (35)

Un peu d’histoire…


Échaudés et craquelins, connus dès le moyen-âge, étaient bien différenciés.
Les échaudés, fabriqués dès le XIIIè siècle, dont la caractéristique principale est que leur pâte faite avec de la farine, du blanc d’oeuf, du beurre et du sel, a été pochée à l’eau presque bouillante.
Les craquelins étaient une pâtisserie sèche, craquant sous la dent. C’étaient des gâteaux secs, salés, semblables au XVIè siècle aux bretzels des buveurs de bière.


historique

Les craquelins des Champs-Géraux

Les craqueliniers commercialisent une bonne partie de leur production dans les foires et marchés des environs, d’où leur nom de “marchand-boulanger’.
Cette profession se cantonnait aux abords de la forêt de Coëtquen pour des facilités de ravitaillement, car chacun consommait 5 à 6 mille fagots par an pour chauffer les fours à bois.
Ce n’est que vers 1928 que le chauffage au mazout est apparut ainsi que la mécanisation avec des moteurs à essence, l’électricité n’étant pas arrivée.
Cet artisanat se transmettait de père en fils et restait uniquement dans quelques familles, celles-ci s’alliant entre elles par mariages. Les “Lenouvel”, “Busnel” et “Hautière” en sont les plus anciennes et chaque patron conserve jalousement ses petits secrets et tour de main.

Ancienneté de la profession dans la commune des Champs-Géraux

  • 1 702, Jan Lenouvel et sa femme exercent à la “Retenue du Château de la Gravelle” qu’ils louent.
  • En 1716, Bertrand Lenouvel, leur fils pratique à la maison noble de la Gravelle et en 1 722, il renouvelle le bail de la Retenue du Château.
  • Puis en 1742 Philippe Lenouvel et son épouse travaillent aussi dans la meunerie de l’époque, étant meuniers au moulin de Brice.

histo2


Plus proche de nous, succédant à Pierre Busnel, Francis Busnel et son épouse cessent leur activité de craqueliniers en 1990 et trouvent un successeur : Mr Albert Grillot, ancien ouvrier-pâtissier à St-Mato et lui enseignent les procédés de fabrication. Les craquelins “Grillot” sont nés.
Albert Grillot délocalise la fabrique à Hirel en 1993.
Aujourd’hui, c’est Christophe Girouard qui reprend le flambeau sous le nom des ‘Craquelins de la Baie’ et crée des nouveautés.